Inde

Inde

Périple dans le désert

Par Pinky koala and smokee
Périple dans le désert

RDV avec Pinky koala and smokee dans le désert indien.

 

Ne nous embarrassons pas avec le récit du trajet pour venir à Bikaner. Mis à part le fait que quelqu'un était là  à deux heures du matin pour nous accueillir à la sortie du train.... C'est les yeux encore pleins de sommeil qu'on nous abordés par nos prénoms...

On se réveille dans la propriété du patron des excursions à dos de chameau. Il nous propose directement la suite pour le même prix car sa guest house est vide. Décidément on est vernis. Nous passons la journée en ville de Bikaner pour les derniers préparatifs et pour visiter par la même occasion le fort, magnifique !

Au soir nous apprenons qu'un australien se joindra à nous pour la première nuit de notre périple à travers le désert du Thar. Petit souper typique et dernière nuit dans un lit digne de ce nom. Réveil gentil au lendemain, petit déjeuner copieux et en route pour l'aventure.

Le 4 x 4 nous attend devant la grille avec tout le matériel. On nous conduit au village de Risa où nous rencontrons nos compagnons du désert. Quatre chameaux, quatre chameliers et une charrette. On nous explique le B A BA du parfait "chamalier". Le plus dur, c'est lorsque la bête se lève et qu'elle se couche. C'est inévitable si on veut monter à dos de chameau ! Ce qui est assez difficile au début, c'est de trouver le rythme, de trouver le mouvement qui cause le moins de douleurs ou de hauts le coeur.

On entre rapidement dans le vif du sujet. Les paysages deviennent vite arides, il fait chaud et nous apercevons la faune sauvage locale : renard, antilope et perdrix. D'ailleurs on se serait bien bu une "Oeil de Perdrix" pour la peine! Le soir venu, le camp se monte aux lumières du coucher du soleil. C'est là que nous faisons connaissance avec "nos amies les tiques". Elles montent sur nous et la parano s'installe. C'est après un check-up complet que nous nous glissons sous des draps propres. Ce qui est bien dans le désert, c'est le silence. C'est clair qu'après des villes comme Calcutta ou Mumbai, on apprécie.


Parlons un peu plus des chameaux et de l'équipe. Le chameau de Smokee, Sin, lui, aime bien fumer des bidis. C'est marrant ça, qui se ressemble s'assemble ! Lorsqu'il s'en allume un, le chameau tourne sa tête vers lui et attend qu'il lui colle le mégot dans les narines. Il hume le fumet et tend la tête en arrière comme pour dire "je kif grave!". Toni, lui, c'est le coup de coeur de Pinky Koala. C'est le vieux de la bande. Un regard attendrissant, calme, jamais énervé et toujours docile. Il a des bracelets aux chevilles ainsi que des grelots et une clochette autour du cou. Raju, le plus fort, c'est celui qui tracte la charrette. C'est le boss de l'équipe, toujours à l'affût de la moindre femelle qui croise la route de notre caravane. Il faut savoir que c'est la saison des amours chez les chameaux et les mâles exhibent une sorte de poche de chair qui sort du fond de leur gorge. Tout ceci en faisant un bruit de gargarisme du tonnerre, repérable des kilomètres à la ronde. Pas très élégant mais fort efficace !

L'équipe est composée de deux chameliers et d'un chamelier-cuisinier. Baba, le doyen (c'est pour ça qu'on l'appelle Baba, un genre de "papy") passe son temps à chiquer du tabac et à fumer des bidis. Forcément, c'est le maître de Sin, le chameau de Smokee. Papou, lui, c'est le maître de Toni. C'est l'indien le plus adorable que l'on ait eu la chance de rencontrer. Il est père de quatre enfants et a le coeur sur la main. Lala, c'est le mariolle. C'est le mec cool comme Fonzie et en plus c'est le cuisinier. Il nous prépare toujours des bons petits plats. C'est le maître de Raju de surcroît. Tout le monde s'assemble...

On traverse des villages, certains composés de huttes, certains de maisons de briques ou de béton. A peine à l'entrée des lieux,  les gamins courent comme des fous pour venir nous dire 'tata" (salut en radjani). Les femmes sont magnifiques dans leurs saris multicolores, les hommes, eux, portent souvent un turban sur la tête. Tout est typique, c'est enfin l'Inde qu'on apprécie, l'Inde qu'on recherchait.

Faits marquants durant ce périple dans le désert : 

Au bout de la deuxième journée, nous avons visité le temple du rat à Deshnok. Rats au pluriel car ils sont bel et bien des milliers ! Ils vous marchent sur les pieds, ça grouille de partout !

Au quatrième jour, un pneu de la charrette a une fuite. Nous montons le camp. Baba et Papou partent trouver un moyen pour réparer le pneu. Le lendemain matin la roue était remontée. Trop forts ! 

Au sixième jour, nous faisons la halte de midi dans une école. Beaucoup de fous rires en perspective.

Et l'avant-dernier jour, nous passons à côté d'un étang autour duquel ont migré des milliers d'oies de Sibérie. Un vacarme du tonnerre. 

Le plus dur au bout de tout cette traversée, ce sont les adieux. Nous aurons même versé une petite larme. Ils étaient attachants, simples et honnêtes. 

Depuis Phalodi, nous prenons un bus pour Jodphur. C'est la ville bleue. Son fort est de toute beauté. Le seul bémol ce sont ces ruelles poussiéreuses, bruyantes et polluées. Un vrai cauchemar pour les bronches et les sinus. Pour se faire plaisir, nous prenons une chambre dans un petit hôtel tout cosy. Les lieux sont décorés avec beaucoup de goût ce qui donne un certain cachet.

Commentez cet article

Carte du pays

Drapeau

Inde

Mises à jour des trippers






















































































Inde

J'ai également visité ce pays

Photos : Inde

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !